Hijama (cupping therapy) et douleurs menstruelles

Hijama (cupping therapy) et douleurs menstruelles

 

Des études ont démontré que jusqu’à 90% des femmes souffrent de douleurs menstruelles ou de dysménorrhée à un moment de leur vie. Certaines éprouvent de la douleur dès que leur période commence. D’autres ont des douleurs qui apparaissent plusieurs jours avant. La douleur associée à leur période peut varier de spasmes légèrement inconfortables à des douleurs agonisantes constantes qui affectent généralement le bas-ventre, atteignant parfois jusqu’au dos et les cuisses. Certaines femmes redoutent l’apparition de leur saignement mensuel et de douleur débilitante qui les accompagne environ tous les trente jours. Chez Phyto-Hijama, nous croyons que ces femmes souffre inutilement.

La douleur de la période menstruelle peut varier avec chaque cycle mensuel, devenant plus ou moins douloureuse. La douleur est souvent pire lorsque le saignement de la patiente est le plus lourd et peut durer de 48 à 72 heures. Cependant, il peut affecter les femmes différemment et a été connu pour s’améliorer avec l’âge. À côté de divers degrés de douleur, les patientes peuvent également présenter des symptômes tels que:

  • fatigue
  • se sentir faible ou étourdi
  • se sentir malade
  • la diarrhée
  • maux de tête
  • soif accrue ou faim

On pense que la douleur menstruelle est causée par des contractions de l’utérus ou des parois musculaires de l’utérus, ce qui entraîne une pression sur ses vaisseaux sanguins. Les contractions sont plus fortes que d’habitude afin de permettre l’excrétion de la muqueuse de l’utérus qui est une partie naturelle du cycle menstruel. Parfois, cette compression des vaisseaux sanguins coupe brièvement l’apport d’oxygène dans l’utérus, déclenchant une douleur qui, à son tour, entraîne la production de substances chimiques appelées prostaglandines.

Les prostaglandines incitent les parois musculaires à se contracter davantage, ce qui entraîne plus de douleur. Certains chercheurs ont suggéré qu’une accumulation de prostaglandines peut provoquer chez certains patients des contractions plus fortes au cours de leur période, augmentant ainsi la douleur à la fin de leur cycle. La dysménorrhée secondaire survient lorsque la douleur menstruelle est causée par une affection médicale sous-jacente, par exemple:

  • endométriose
  • fibromes
  • maladie inflammatoire pelvienne
  • adénomyose

La Hijama (cupping therapy) peut aider les patientes souffrant de douleurs menstruelles des manières suivantes: Tout d’abord, en détendant les parois musculaires de l’utérus via une pression négative, également connu sous le nom de l’aspiration de la pompe, qui peut atteindre les tissus plus profonds dans le corps mieux que la pression positive normale. Deuxièmement, conformément à la théorie des prostaglandines accumulées, il peut être possible d’empêcher des contractions plus fortes que d’habitude de l’utérus en enlevant ces produits chimiques avec d’autres déchets cellulaires qui sont effectués lors de la hijama humide faites par le praticien. Et enfin, en détendant ses parois, l’utilisation ultérieure de la ventouse pour stimuler la circulation dans l’utérus peut produire des globules rouges, remplis d’oxygène, de fer et d’autres nutriments indispensables, inonder la zone et réparer les dommages qui ont pu être causés par l’alimentation en oxygène en suspension.

 

Nous espérons que cette article vous a été utile, chers lecteurs, et nous aimerions avoir de vos nouvelles. Les commentaires, les questions et les suggestions de sujets hebdomadaires sont toujours les bienvenus et grandement appréciés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.